Actions à l’international

Visuel Actions à l’international

Dans le monde

Des programmes d’aide à l’enfance

Enfance et Partage participe depuis sa création à des programmes d’aide à l’enfance dans les domaines de l’éducation, de la santé et du développement économique.

Depuis quelques années, nous concentrons nos efforts prioritairement sur l’éducation et la scolarisation, en accord avec le Droit à l’éducation, l’un des articles forts de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.
Nos interventions sont encadrées par un protocole qui en détermine le contenu, la durée et les conditions financières dans un objectif à la fois de contrôle et d’évaluation des projets et de transparence sur les dons.
Chaque nouveau projet fait l’objet d’une étude de terrain avant d’être agréé par le conseil d’administration. Une convention est ensuite signée avec nos partenaires locaux, pour une durée annuelle. Si notre soutien peut ensuite être reconduit, et c’est souvent le cas, nous avons toujours pour objectif de rechercher dès le départ des partenaires complémentaires et d’aider les acteurs locaux à accéder à l’autonomie pour les projets concernés.

Inde

En Inde, la question de l’accès à l’éducation reste très problématique car le pays compte le plus grand nombre d’illettrés au monde avec 270 millions de personnes.
C’est pourquoi Enfance et Partage soutient depuis 2007 des actions éducatives aux côtés de son partenaire DEVA Europe et des acteurs locaux de la DISCC (DEVA International Society for Child Care) qui administrent des écoles et des pré-écoles dans lesquelles les enfants défavorisés sont admis qu’ils soient musulmans, hindous ou sikhs, sans aucune discrimination religieuse. Elles leur permettent d’avoir accès à un apprentissage de base, et les préparent, le cas échéant, à s’adapter aux règles qui ont cours dans la filière éducative publique.
Les deux écoles soutenues par Enfance et Partage et son comité du Jura sont situées au nord du pays, dans l’état d’Uttar Pradesh, frontalier avec l’état du Bihâr où seul un enfant sur deux est scolarisé.
La pré-école école de Gangotri accueille 150 enfants des rues âgés de 4 à 10 ans qui n’ont jamais été scolarisés. L’école d’enseignement générale de Ambedkar offre à 200 élèves de la campagne âgés de 8 à 14 ans un enseignement de qualité.

Sénégal

Au Sénégal, la moitié des 12 millions d’habitants vit en dessous du seuil de pauvreté. On estime que 70 000 enfants sont mobiles et s’adonnent à la mendicité, souvent sous la contrainte lorsqu’il s’agit d’enfants Talibés. Depuis 2008, Enfance et Partage agit dans la ville de M’Bour et sa région, au sud-est de Dakar, pour venir en aide à ces enfants.
Enfance et Partage agit avec son partenaire Natangué Sénégal dont la présidente est Elena Malagodi. Après avoir participé à la construction des écoles maternelle et élémentaire Natangué à M’Bour, qui accueillent aujourd’hui 500 enfants, nous assurons un programme de scolarisation et d’aide au goûter.
Depuis 2011, nous apportons également notre aide à l’école des Cajoutiers située près de M’Bour, en prenant en charge le programme de scolarisation, d’alimentation et de soins médicaux pour 25 des 250 enfants de 3 à 7 ans qui y sont scolarisés.
Enfin, Enfance et Partage soutient l’association Solidarité Pour les Enfants des Rues (SPER) qui offre chaque année hébergement, nourriture, soins et scolarisation à une centaine d’entre eux, dans le but de leur permettre ensuite de réintégrer leur famille. Notre aide concerne 27 enfants.

Madagascar

Instabilité politique, inondations, cyclones, sécheresse… A Madagascar, près d’un enfant sur deux est touché par une malnutrition chronique, et la moitié de la population de plus de 15 ans est analphabète. Enfance et Partage soutient des projets depuis plus de 20 ans dans la région de Tananarive.
Enfance et Partage à travers son comité de Haute Garonne soutient le Centre de Développement d’Andohatapenaka (CDA), qui conduit depuis 1982 des projets visant à développer le secteur éducatif, médical, social et économique dans ce quartier où le taux d’endettement des familles dépasse les 60%. Notre comité de Haute-Garonne apporte son aide depuis sa création au programme de scolarisation, et soutient la cantine gratuite pour les enfants.
A ce jour 600 enfants sont scolarisés et bénéficient de la cantine (prix d’un repas 0,30 centimes d’euro) pour un financement annuel de 18000 €.

En 2012, nous avons décidé de soutenir le projet d’ouverture du salon de coiffure du CDA baptisé « CD Allure ». Ce salon d’application ouvert par le comité de Haute Garonne fournit désormais chaque année une formation professionnelle à 15 à 20 jeunes qui étaient déscolarisés, afin d’assurer leur avenir : après 6 mois en apprentissage  les jeunes sont placés dans des salons privés et sont autonomes financièrement. C’est une grande réussite au niveau de l’investissement dans les « petits métiers ».
Aujourd’hui, le salon accueille 30 clients par mois. Les ressources générées servent à acheter des semences pour le fonctionnement des jardins communautaires (légumes qui sont redistribués au niveau de la cantine) et les combustibles nécessaires à la cuisson des aliments.

Notre comité Haute Garonne a également ouvert en 2013 une garderie « Eveil Manasoa Zaza »
L’amélioration de la qualité de l’éducation de la petite enfance est en train de devenir une priorité. La mise en place de cette garderie s’avérait primordiale pour permettre l’épanouissement des enfants et gagner la confiance des parents.

Les effets socio économiques attendus sont les suivants :

  • autonomisation de la famille
  • épanouissement et bien être de la famille
  • statut social de la femme au sein de la société

À ce jour 80 enfants bénéficient de cet accueil. Ce financement représente un coût annuel de  5000 € soit 62,5€ par enfant.