loader Chargement ...
Stop Maltraitance - Stop Conflit
0 800 05 1234
Allo Parents Bébé
0 800 00 3456
Facebook Twitter Youtube Instagram Linkedin
Visuel Non aux Violences Éducatives Ordinaires
Maltraitance

Non aux Violences Éducatives Ordinaires

À l’occasion de la 19e journée nationale contre les violences éducatives ordinaires du 30 avril 2024, Enfance & Partage a souhaité sensibiliser le public sur ce sujet.

1. Que sont les violences éducatives ordinaires ?

  • C’est un ensemble de pratiques considérées comme éducatives et qui, selon l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO), portent atteinte à l’intégrité physique et psychique des enfants. (1)
  • Près de 22% des adultes français déclarent avoir subi des violences physiques dans leur enfance
  • 87% des parents français admettent exercer des violences éducatives sur leurs enfants. (2)
Les formes des violences éducatives :
  • Violences physiques : fesser, frapper, secouer, gifler, etc.
  • Violences psychologiques : humiliations, culpabilisation, dénigrement, etc.
  • Négligences : privation de nourriture, de soins, d’hygiène, de sommeil, d’affection, etc.

Le Dr M. SALMONA mentionne «Les châtiments corporels et toutes les autres formes de violences (verbales, psychologiques, économiques, sexuelles) sous couvert d’éducation sont commises sur les enfants par leurs parents ou par toute personne en ayant la garde pour les faire obéir, les corriger et les punir. Il s’agit de leur faire peur, de leur faire mal physiquement et moralement, de les contraindre par des privations et de pressions, de leur faire honte et de les humilier, afin de les rendre obéissants, performants, satisfaisants par rapport à une image idéale parentale, respectueux des règles et soumis à l’autorité des adultes en créant un formatage par des réflexes aversifs.» (3)

Selon le rapport du Gouvernement 2019, les violences éducatives ordinaires sont difficilement quantifiables dans la mesure où elles sont commises au sein des familles – ce qui nuit à leur visibilité – et considérées comme «ordinaires», c’est-à-dire admises et ne méritant pas d’être portées à la connaissance des forces de l’ordre ou des services de protection de l’enfance. (4)

Une étude(5) menée par l’Observatoire des violences éducatives ordinaires, réalisée en 2019, montre certains facteurs qui poussent les adultes à recourir aux violences éducatives ordinaires:
  • La fatigue
  • Les difficultés extérieures générant du stress (travail, couple, maladie, etc)
  • Le manque de temps pour soi
  • Sa propre éducation (reproduction de la violence subie)
  • Difficultés à comprendre le comportement de l’enfant
  • Le manque de temps à consacrer à ses enfants
  • Le manque de soutien

2. Que dit la Loi concernant les VEO ?

La loi du 10 juillet 2019 sur les Violences Educatives Ordinaires (VEO) considère que la violence ne peut constituer un mode d’éducation, les titulaires de l’autorité parentale devant l’exercer sans violence, qu’elle soit physique (administrer des fessées, etc.), verbale (crier, terroriser), ou psychologique (humilier, etc.).

Ensuite de cette loi, l’article 371-1 du Code Civil a été modifié comme suit :

«L’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques. Les parents associent l’enfant aux décisions qui le concernent, selon son âge et son degré de maturité ».

L’objectif: sensibiliser les parents et favoriser une prise de conscience dans l’intérêt de l’enfant.

3. Que peuvent faire les parents pour éviter de recourir aux Violences Educatives Ordinaires (VEO) ?

Deux pistes à prendre en compte :

1. Si vous sentez monter de la colère, laissez votre enfant en sécurité et sortez afin de retrouver votre calme. Si cela ne suffit pas, passez le relais à l’autre parent, ou à un proche.

2. Il existe plusieurs dispositions d’appui parental:

  • Le service «Allo-Parents-Bébés (0 800 00 3456)» de l’association Enfance & Partage: N° vert d’écoute téléphonique anonyme et gratuit du lundi au vendredi, de 10h à 18h, tenu par des professionnels de la petite enfance (psychologues et éducatrices de jeunes enfants) à destination des futurs et jeunes parents (de la grossesse aux 3 ans de l’enfant), pour aider à la parentalité.

Les clés et les missions du service Allo Parents Bébé:

L’écoute: avec empathie, pour permettre aux personnes qui appellent d’exprimer les difficultés rencontrées avec leur enfant, sans jugement ni «conseil».

Le soutien: pour amener les personnes à trouver les meilleures réponses à leurs difficultés.

L’orientation: vers les structures adaptées (maternités, PMI, associations…) et les professionnels de santé et de la petite enfance. Allo Parents Bébé est un service complémentaire du réseau existant d’accompagnement à la périnatalité. Pour aller plus loin, une ligne de soutien personnalisé complète le dispositif.

  • Les Réseaux d’Écoute, d’Appui et d’Accompagnement des Parents (REAAP): ils ont pour objectif de valoriser le rôle et les compétences des parents dans l’éducation de leurs enfants. Ils rassemblent parents, professionnels, associations, institutions qui proposent des actions de soutien à la parentalité.
  • Les Lieux d’Accueil Parents-Enfants (LAEP): lieux « ouverts » qui accueillent de manière libre et sans inscription, des jeunes enfants de moins de 6 ans accompagnés d’un adulte référent (parent, grand-parent…) pour un temps déterminé.

Les Laep jouent un rôle essentiel en matière de:

–  Socialisation progressive de l’enfant : ils offrent avant l’entrée à l’école, une expérience de socialisation progressive, ludique et stimulante avec d’autres enfants, en lien avec les parents, dans d’autres espaces que la maison ;
– Travail sur la relation parent/enfant : ils offrent une réponse appropriée aux besoins de conseils ou d’échanges avisés avec des professionnels ou d’autres parents exprimés par les familles sur l’évolution de leurs enfants ;
– Lutte contre l’isolement ou le besoin de répit des parents de jeunes enfants.

  • Les Maison des Parents: des lieux conviviaux, où il est possible de prendre son temps pour échanger en toute confiance et confidentialité avec d’autres parents ou des professionnels. C’est un lieu non stigmatisant et déculpabilisant, pour aider les parents à prendre du recul et à trouver des appuis pour l’éducation de leur enfant. Elle est dédiée aux parents et valorise leurs ressources et savoir-faire, en les soutenant dans leur rôle de parents, afin de contribuer au mieux-être de la famille.

1 Stop VEO. Enfance sans violence

2 Fondation pour l’Enfance

3 Téléchargez: La France devient le 56ème pays à interdire les châtiments corporels et toute forme de violences éducatives dans la famille

4 Rapport du Gouvernement au Parlement relatif aux violences éducatives 2019

5 Étude menée par l’OVEO 2019.


A savoir:

Si vous êtes témoin d’un acte de violence envers un enfant, vous pouvez:

 

  • Contacter le 17, service de police et de gendarmerie, si la situation nécessite une intervention immédiate.

  • Contacter le 119, numéro d’appel national de l’enfance en danger. Il est ouvert 24/24, 7/7, gratuit et l’appel peut être anonyme.

  • Contacter le numéro vert STOP MALTRAITANCE (0 800 05 1234), si vous souhaitez avoir des informations sur les démarches à entreprendre. Ce service accueille, écoute, soutient et oriente les victimes de violence et leur famille.

Ils réalisent un important travail de proximité. Ils sont un indispensable relais pour toutes les actions de prévention et d’accompagnement d’Enfance et Partage.

30.04.2024
partager l'article